À votre service depuis 34 ans
02 41 92 49 60
Toux de chenil: maladie canine


La contamination des chiens en expositions par la toux de chenil,maladie infectieuse très contagieuse, est assez fréquente.
Expositions et toux de chenil. Récemment, plusieurs chiens ont été touchés, à Alençon notamment. C'est l'occasion de rappeler la nature de cette maladie et d'examiner la conduite à tenir dans l'optique des rassemblements canins. Cocktail de microbes.

La toux de chenils, une maladie canine bénigne mais à surveiller

La maladie canine appelée couramment toux de chenil est une infection respiratoire dont la forme clinique la plus simple est une trachéo-bronchite accompagnée d'aucune modification de l'état général dans d'autres cas, la maladie s'installe pour plus longtemps et outre la toux rauque, le chien présente de la fièvre, de la fatigue, une perte d'appétit, et un jetage nasal plus ou moins purulent, à l'image de ce que peut provoquer chez nous un gros rhume, une bronchite voire une grippe.

Si elle n'est pas traitée, elle est mortelle dans 20% des cas par complications respiratoires (essentiellement la pneumonie), mais traitée correctement, c'est généralement une maladie bénigne. La plupart des chiens soignés guérissent sans difficulté, mais on compte malgré tout certains décès, à l'image encore des atteintes de la grippe chez l'être humain : des sujets âgés, très jeunes, immuno-déprimés ou présentant certaines fragilités de constitution sont plus en danger, malgré le traitement, que des individus en bonne santé.

Une toux persistante

Pour la prévention, plusieurs vaccins sont disponibles certains s'administrent par injection, d'autres par pulvérisation intranasale. La difficulté est que sous la similarité des symptômes se dissimulent des agents pathogènes multiples : virus, dont Parainfluenza SV5 ou Adénovirus I et II, ou bactéries (Bordetella Bronchiseptica, Pseudomonas Aeruginosas) sont responsables de la toux de chenil. En outre, les uns et les autres agissent souvent de concert : le virus fait le lit de la maladie, et la bactérie surinfecte c'est pourquoi même en cas d'attaque virale, sur laquelle la sérothérapie est utile, des antibiotiques sont administrés pour prévenir les complications. Si les vaccins constituent par conséquent une protection, celle-ci n'est cependant pas complète.

La toux de chenil est extrêmement contagieuse : dans un effectif, il convient d'isoler - et de traiter - les chiens atteints, en espérant qu'ils n'aient pas déjà contaminé tous les autres s'ils vivent en communauté, et de pratiquer de bonnes mesures de désinfection des locaux attention aussi aux chaussures, aux vêtements, aux mains, qui peuvent transmettre les microbes d'un animal à l'autre. Les femelles gestantes doivent être particulièrement protégées : chez les chiots nouveau-nés, la maladie peut être redoutable. On peut prendre la précaution de ne pas amener en expositions une chienne en début de gestation, et de l'isoler provisoirement des autres chiens qui s'y rendent fréquemment.

Expositions et rassemblements canins : attention à votre chien !

Dans une exposition ou un autre rassemblement canin, des sujets malades, incubant la maladie, ou encore contagieux à l'issue d'une guérison récente, sont susceptibles de la transmettre à de nombreux congénères par le biais de leurs sécrétions. Amener sciemment en expositions un chien malade ou tout juste guéri, s'apparente à un véritable acte de malveillance envers autrui, mais le propriétaire d'un chien en incubation ignore tout de l'état de son animal.

Une personne non informée peut même ne pas s'inquiéter d'une toux qui vient d'apparaître. Récemment, les chiens d'un éleveur d'Irish Wolfhound ont été contaminés lors de l'exposition d'Alençon suite à la forte fièvre provoquée par la maladie, le cœur de l'un d'entre eux a malheureusement lâché certes, cette magnifique race n'est pas réputée pour être la plus solide du point de vue cardiaque, mais on comprend l'amertume de cet éleveur, dont les chiens étaient vaccinés, et ont été traités dès le déclenchement de la maladie.

Le règlement des expositions prévoit que les chiens visiblement malades sont interdits d'accès on peut donc supposer qu'un chien morveux en pleine quinte de toux sera repoussé à l'entrée par les vétérinaires de service, mais comme on l'a vu, la maladie, à un stade discret ou précoce, ou bien circonscrite depuis peu, ne sera pas aussi ostensible vétérinaires comme organisateurs n'ont alors pas la possibilité de la détecter.

Un chien peut donc être contaminé dans les manifestations canines, même s'il est vacciné la vaccination constitue cependant une mesure prophylactique à conseiller, à ajouter aux valences CHPL traditionnelles : les microbes contre lesquels l'animal est vacciné seront toujours autant d'agents en moins susceptibles de le rendre malade. Notons que pour participer aux manifestations de la SCO, société qui s'occupe d'organiser des salons de ventes de chiots, la vaccination contre la toux de chenil est obligatoire.

Faut-il prendre la même mesure pour les expositions canines ? Conseiller, ou imposer ? Prévenir vaut mieux que guérir, dit un vieil adage. Outre les avantages sanitaires d'une population canine d'exposition vaccinée contre la toux de chenil, il y a l'aspect financier : la vaccination régulière a un coût, mais inférieur aux remèdes pour soigner un chien malade. Il est probable en outre que la douceur anormale de l'hiver favorise la multiplication des agents pathogènes, et que l'on y soit de plus en plus souvent confronté.

Un examen clinique

Le fait que la toux de chenil reste dans la majorité des cas bénigne, et que la vaccination n'assure pas une protection totale, peut toutefois faire hésiter à l'imposer systématiquement. Au titre des contaminations possibles en expositions, un éleveur peut se sentir légitimement plus angoissé par le spectre de l'herpès virose, susceptible de ravager sa production, que par celui de la toux de chenil. Notons par ailleurs que nous envoyons tous les jours nos enfants à l'école sans anxiété particulière, la vaccination contre la grippe hivernale n'y étant cependant pas obligatoire... Le débat sur toux de chenil et expositions canines est ouvert à chacun d'y réfléchir.

Vaccins contre la toux de chenil

  • Parainfluenza, Bordetella inactivée.
  • Primovaccination : 2 injections à 15 jours d'intervalle.
    Canigen TC. Parainfluenza inactivé et protéine antigénique purifiée de Bordetella.
  • Primovaccination : 2 injections par voie sous-cutanée à 15 jours d'intervalle.
  • Intratrac 1. Bordetella, Parainfluenza atténué. Instillation nasale en une seule fois. Les vaccins stimulant l'immunité locale semblent particulièrement intéressants. 

Commentaires

Pas encore de commentaires.